la-page-de-la-voisine

la-page-de-la-voisine

Je pourrais

Je pourrais être cette femme qui conduit sa voiture, les cheveux dans le vent, pour me rendre au travail. J'aurais des formes parfaites, pas un kilo en trop, pas un sein qui dépasse. J'irais fièrement à travers la ville rejoindre mon bureau pour signer des chèques, faire des plans, parler aux hommes. Je leur dirais ce qu'ils doivent faire, je donnerais des ordres. J'aurais laissé les enfants à la nounou, en la prévenant que je rentrerais tard comme d'habitude. Je retrouverais tout mon petit monde le soir pour un grand diner au bord de la piscine. Je serais grande, je serais belle. Et ma maison aussi.

Je pourrais être cette femme que je regarde dans le miroir. Cette femme qui parle devant le monde, dans la lumière, qui marche sur la vie, qui regarde d'en haut.

Alors je n'aurais plus à faire le ménage, pousser mon chariot, demander à ma grande fille de m'accompagner. Je n'attendrais pas le 5 du mois avec impatience, ne mettrais pas ma dignité en péril. Je ne sentirais pas peser sur moi le dédain et la culpabilité. J'arrêterais de dire "pardon", "s'il vous plait", "merci".

Je pourrais être cette femme mais je pourrais aussi rester comme je suis.

Rester la mère de mes enfants, la femme de mon mari, la petite fille que j'ai été et qui a rêvé, un jour, de réussir du mieux possible sa vie.

 

La voisine, le 25/03/2015



01/04/2015
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres