la-page-de-la-voisine

la-page-de-la-voisine

Dernier clin d'oeil à Chiang Mai

Chers amis lecteurs, bonjour !

 

Chic chic chic, c'est les vacances !

Alors qu'est-ce qu'on fait de beau pendant les vacances ? On peut lire la suite des voisins en Thaïlande par exemple.

Il s'agit aujourd'hui du dernier épisode dans la douce et vaporeuse Chiang Mai. Vous y croiserez une anguille antipathique, un téléphone fugueur, des pieds qui retrouvent le sourire et bien d'autres créatures gluantes et caramélisées...

 

Bonne lecture

et bonnes vacances !*

 

Dimanche 21 février 2016.

Dernier clin d'oeil à Chiang Mai...

 

9h15. Piscine du Watana Hotel après un petit déjeuner au Bon Pain. 

Nous voilà de retour à Bangkok et patientons sagement jusqu'à ce qu'on nous donne la clé de notre chambre. A la réception, nos gros sacs nous attendaient sagement eux aussi. Le temps n'a pas changé durant ces trois jours loin d'ici. Toujours aussi chaud, moite et ensoleillé sous la pollution...

IMG_2750.JPG

Nous sommes arrivés à 6h30 après une (je l'espère) dernière nuit dans l'Indra Tour Bus.

Cette fois-ci, nous n'étions pas dans le bocal à poissons au rez-de-chaussée. Nous avions des places VIP de nouveau mais tout en haut de l'escalier raide et étroit. De l'aquarium, nous sommes passés au pont du bateau, un gros paquebot bien lourd et brinquebalant, une Tour de Pise sur roues qui tangue d'un côté et de l'autre même en ligne droite.

VIP vous dites ? Trois pauvres Oréo, une minuscule brique de yaourt à boire et 25 cl d'eau par personne. L'équipage est toujours aussi aimable. Mr ou Mme George(tte) se dandine telle une anguille démantibulée et s'enroule à la rampe de l'escalier à chaque fois qu'elle monte ou descend les marches. Elle n'a pas appris à sourire depuis la dernière fois ni à parler anglais. Comme tout le reste de l'équipage. On continue de ne rien nous dire lorsque l'on s'arrête : où ? quand ? comment ? pourquoi ? Non, ça y a pas.

Mais mais mais...

Le miracle a tout de même eu lieu. Chiang Mai la bienveillante, que nous n'avions pas encore complètement quittée, nous a fait un dernier clin d'oeil.

Une fois installé sur son siège de bateau, le voisin s'est aperçu que son téléphone n'était plus dans sa poche de pantalon. Coups d'yeux dans les sacs, sous les sièges, parterre, dans l'escalier, sur le trottoir, devant l'agence de bus... Pas d'iPhone.

Aïe Aïe Aïe, ça sent le retour de la poisse avec le retour à Bangkok !

Le voisin tente un coup de fil à l'hôtel pour demander si le chauffeur qui nous a déposés aux pieds du paquebot roulant ne l'aurait pas trouvé dans son taxi.

Si, il l'a ! Mais l'autocar a déjà démarré. Comment expliquer où nous nous trouvons pour demander au minibus de suivre et d'intercepter le maxibus ? Toutefois, celui-ci s'arrête à une seconde station pour faire le plein de voyageurs. Une jeune Thaïlandaise assure la traduction entre le voisin et le commandant de bord.

10 minutes plus tard, un scooter débarque et l'anguille remet au voisin son pauvre iPhone encore tout tremblant d'émotion.

Une histoire à peine croyable... Merci Chiang Mai ! Ces trois jours n'ont été que pur délice. Nous te quittons, non sans une certaine impatience d'aller découvrir de nouvelles contrées mais avec aussi une petite pointe de nostalgie qui perce déjà, alors que le navire traverse tes faubourgs.

IMG_2730.jpg

Que nous restera-t-il de ces trois jours dans quelques mois, dans quelques années ? Vite, il me faut noter ici notre dernière journée : hier.

Elle fut paisible à en croire mes souvenirs.

Levés aux alentours de 9h, nous avons pris le petit déjeuner puis bouclé nos valises. Dans cet hôtel, mieux vaut libérer la chambre avant 10h sous peine de se voir facturer d'office une nuit supplémentaire.

Nous sommes passés chez la petite couturière du coin de la rue pour récupérer le pantalon et le sac du voisin... C'est presque ça, mais pas tout à fait.

Shopping au magasin de vêtements d'à côté puis retour à l'hôtel pour entreposer tout notre barda derrière le bureau de l'accueil.

And now, let's go West in the old town !

D'un temple à l'autre, de ruelles abritées en avenues commerçantes et animées, notre petit tour d'adieu à Chiang Mai se déroule au rythme de nos pas et sous une chaleur qui nous paraît plus écrasante que les jours précédents.

IMG_2727.JPG

Les pieds avancent tant bien que mal jusqu'à ce qu'ils pénètrent dans l'enceinte d'un temple où, comme par magie, ou chance, ou sens du commerce et du tourisme, un salon de massage se dresse en travers de notre route.

120 bahts l'heure de réflexologie plantaire ? Ce serait du suicide pédestre que de refuser !

Nous confions donc nos petits petons endoloris aux mains expertes de trois masseuses. Mains expertes, douces et fortes à la fois. On dirait qu'elles appuient pile au bon endroit, comme sur les boutons d'une télécommande avec leur pouce ou un bâtonnet en bois. Parfois c'est à la limite du douloureux mais ça fait tellement de bien ! Mon pied gauche, le premier des deux à se faire malaxer, a diminué de volume à côté de l'autre encore tout bouffi.

A l'ombre d'un arbre immense au tronc pareil à des racines, dans la douce chaleur de ce samedi 20 février, nos paupières se ferment doucement, bercées par le chant des oiseaux, les discussions des masseuses et le bricolage au tournevis puis au couteau d'un électricien approximatif derrière nous.

Une heure plus tard, on est tout mou du slip ! Tout ça pour 3 euros chacun !

IMG_2737.JPG

Il est temps de se restaurer un peu. Pourquoi pas du "glutinous rice", accompagné de morceaux de mangue et arrosé de lait de coco et de sucre ? 50 bahts, ça vaut le coup ! Ou alors des nems de bananes...

Zut, il n' y a plus d'eau dans la bouteille ! Qu'à cela ne tienne, à côté de nous une machine distribue de l'eau bonne à boire (apparemment) grâce à un procédé révolutionnaire d'osmose inverse !

Bon, par contre, il faut savoir lire le thaï pour comprendre combien ça coûte ce truc. On devine le chiffre 5... On a donc mis 5 bahts... On a donc eu un peu plus de 6 litres d'eau ! Ah, il y avait aussi le numéro 75 en-dessous.

On a compris un peu plus tard (je rappelle que nous sortions d'une heure de massage hypnotique) que c'était ce nombre qui indiquait le prix du litre.

IMG_8906.JPG

Le tour de ville a repris en remontant vers le nord puis vers l'est jusqu'à rejoindre notre hôtel. Baignade ou trempage de pieds et quelques courses au Seven/Eleven pour le pique-nique de la nuit qui nous attend.

En connaisseurs déçus de la cantoche des autocars, ce coup-ci on prévoit ! Pain de mie, jambon (ou quelque chose qui s'en approche), tranches de Cheddar, chips au citron et au caramel salé...

En attendant dans le hall de l'hôtel que le chauffeur du minibus nous livre en pâture au Titanic de la route, nous profitons du Wifi gratuit pour consulter nos mails et envoyer des nouvelles et quelques photos à nos proches.

20h, en route vers on ne sait pas trop où dans Chiang Mai pour, 10 heures plus tard, se faire déposer on ne sait pas trop où dans Bangkok...

 

10h20. Notre chambre doit être disponible à présent. J'ai bien envie d'une douche et de me brosser les dents !

 

La voisine, le 21/02/2016.

 

 

 

 

 

 

 



19/04/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres