la-page-de-la-voisine

la-page-de-la-voisine

Le paradis ? Non, mais pas loin...

Chers amis lecteurs, bonjour !

 

Et bien nous y voilà, c'est déjà l'heure du dernier épisode des WiWiThaï...

Comme le temps passe vite, n'est-ce pas ?

Alors pour terminer le voyage, quoi de plus naturel que de retourner dans l'eau? De l'eau chaude, très chaude, pas très claire mais d'un bleu encore plus bleu que le bleu du ciel, des palmiers, des pêcheurs, des Australiens, des Italiens, des Russes Anglais et même des singes !

Et l'esprit nomade se laisse emporter sur sa barque de fortune, pour quelques temps encore...

 

Bonne lecture

et bon mois de mai !*

 

IMG_9096.JPGMercredi 24 février 2016.

Le paradis ? Non, mais pas loin...

 

L'eau est revenue. Depuis hier. De l'eau tout autour de moi.

Je n'ai pas encore trouvé le palmier penché sur la plage de sable blanc pour rouvrir les pages de M. Maalouf, mais je ne désespère pas et en attendant ce que je vois me va.

 

IMG_2948.jpgNous sommes sur l'île de Kho Chang depuis hier soir, à Bang Bao plus exactement.

Encore une fois, on l'aura mérité notre site idyllique ! Il aura fallu endurer 5 heures de Public Bus pour descendre jusqu'à Trat, sauter quasiment du bus en marche et choper au vol un gros tuk-tuk emportant dans sa bétaillère une bonne quinzaine d'animaux comme nous, en route vers une des plus célèbres îles de Thaïlande après Phuket et Kho Lanta. Encore groggy par la route en autocar toujours aussi peu confortable, nous revoilà donc entassés comme des grains de "sticky rice", filant cheveux au vent jusqu'à l'embarcadère.

Drôle de petit moment cette attente du ferry avec en ligne d'horizon les collines de Kho Chang.

Nous croisons là un jeune "Russe-anglais" (si quelqu'un sait où cela se trouve..?) ayant toujours vécu en Thaïlande. En compagnie de son ami thaï, il nous donne quelques conseils sur les différentes plages de l'île. Se greffe à la conversation un Espagnol rondouillard et mal rasé, banane au ventre, qui cherche un bon spot pas cher pour dormir une fois sur place, puis un couple d'Italiens vivant en France avec leurs deux petits bouts dont le plus jeune doit avoir à peine 6 mois. Autour de la table, les questions et les conseils vont bon train dans un joyeux mélange d'anglo-franco-italo-espagnol !

Le ferry vient d'accoster alors que le soleil s'empourpre avant de plonger de l'autre côté du monde.

IMG_9050.JPGUne grosse 1/2 heure de traversée nous attend, à peine le temps nécessaire pour satisfaire tous les adeptes du culte de soi. Assis à l'avant du bateau, nous assistons en direct à un festival du selfie, des bouches en cul de poule, des sourcils relevés et des cheveux au vent dignes de Titanic... Du coup, nous remarquons à peine que juste derrière eux, l'île s'est rapprochée jusqu'à ce que nous la touchions de la proue.

Kho Chang, Kho Chang, trois jours d'arrêt !

Nous n'avons pas posé le pied parterre que déjà les bétaillères à touristes blanches reprenaient leur parade. Alors, une nouvelle fois, nous finissons agglutinés comme des sardines, 18 si j'ai bien compté dont nos amis italiens. 300 bahts la livraison au Cliff Cottage de Bang Bao où, si tout va bien, une tente nous attend.

Et c'est reparti pour une heure environ de balade nocturne le long de la côte ouest de l'île ! Une balade sportive et parfumée au pot d'échappement où s'enchainent les montées et les descentes à pic, les virages en épingle, les villages illuminés par les restaurants et les bars branchés, les boutiques de souvenirs et de maillots de bain, le tout dans la disparition totale des caractères thaï au profit de l'écriture occidentale.

Sommes-nous toujours en Thaïlande ? Aux couleurs et aux odeurs qui se dégagent des traditionnelles baraques à brochettes enfumées, je dirais que oui...

A la fin, il ne reste plus que nous trois. Les villages et les gros complexes hôteliers se font plus rares et nous arrivons enfin vers 20h au bout d'un chemin à peine éclairé : Le Cliff Cottage.

IMG_2971.JPGNous sommes tout de suite frappés par la beauté et le calme qui se dégagent de cet endroit, une grande terrasse en bois sur pilotis. Juste à côté, on ne la voit pas mais on devine la mer à son doux clapotis sur les rochers. Quelques personnes sont allongées sur les magnifiques canapés en bois et en bambou ou dans les hamacs suspendus au bord de la terrasse. Le monsieur de l'accueil nous conduit jusqu'à notre tente.

C'est une tente.

Ronde, en toile blanche, tout en haut d'un escalier en pierre qui grimpe dans la forêt. Trois matelas posés au sol, deux ventilateurs.

C'est une tente. Notre chambre, notre nouvelle maison. C'est parfait !

IMG_9077.JPGLe rêve se poursuit pendant le diner sur la terrasse qui domine la mer que nous ne voyons toujours pas mais que l'on sent nous frôler les oreilles et nous murmurer : "Bienvenue à Bang Bao ! Je vous attendais."

Les plats sont copieux et un peu plus chers qu'ailleurs, mais toujours aussi délicieux. On est si bien que l'on n'a pas envie de monter se coucher tout de suite, malgré la fatigue des transports qui s'accumule.

Chacun sur son canapé, nous profitons tous trois à notre façon de cette petite parenthèse, ce moment de paix magique, bercés par le chant des vagues qui lèchent les rochers dans le noir.

Reprenons une bière et savourons l'instant. Enivrons-nous de ce cadeau bien mérité. Il ne reste plus que nous. La terrasse, la nuit, le monde nous appartiennent !

Quand, surgi de nulle part, un Australien vient s'assoir à notre table pour partager sa bière et la sérénité qui baigne l'endroit. Il s'appelle Beau, vient de Melbourne et vend des malles pour les galeries de voitures. Il est venu ici avec sa copine pour un stage de plongée sous-marine. L'île est réputée pour cela.

On échange, on discute, on rigole, on se comprend malgré nos drôles d'accents. Puis Beau s'en va chercher du rhum acheté au Duty Free. Délicieux !

IMG_2965.jpg
La soirée se réchauffe. Après quelques verres, notre ami australien décide de mettre un peu de musique et revient de son bungalow avec une petite enceinte. La soirée s'anime davantage ! Le voisin danse sur les tables, la voisine se balance dans son hamac et Beau avale du Tramadol, ici en libre accès dans toutes les pharmacies.

3h30. Il est peut-être temps d'aller se coucher si l'on ne veut pas avoir trop mal à la tête dans quelques heures.

Effectivement, lorsque le jour se lève à travers la moustiquaire, les grosses gouttes de pluie qui font trembler la toile de la tente résonnent aussi un peu dans mes tempes.

Il pleut ? C'est pas possible ! C'est la première fois en 10 jours. Et on est à la plage !

Tant pis, il est trop tôt pour réfléchir. Peut-être que si je me rendors, les nuages disparaitront de l'autre côté de l'horizon... Mais avant de refermer les paupières, un bruit étrange suivi d'une vibration dans toute la tente me fait dresser la tête. Qu'est-ce que c'est que ça ?

IMG_9110.JPGUn petit singe se promène sur notre terrasse et lorgne la poche de bananes suspendue à un piquet devant la tente. Il grimpe dessus et s'empare du fruit avant de disparaitre en un éclair. Bientôt c'est toute la famille qui rapplique, un véritable assaut des tentes tout autour de nous! Les petits font la course en bondissant de branches en branches ou font des glissades sur les toiles tendues des tentes pendant que les plus gros trient les poubelles. Hop ! En voilà un au-dessus de nos têtes. On devine ses petites mains et ses petits pieds à travers la bâche.

Le spectacle dure un quart d'heure puis les singes s'évaporent dans la forêt, comme l'humidité de la pluie sous les rayons du soleil qui pointe son nez.

11h. Il fait très chaud, presque étouffant. L'appel du café noir et du Dolicrâne se fait sentir.

Sur la terrasse du restaurant, nous retrouvons Beau et sa copine qui terminent leur petit-déjeuner.

IMG_9081.JPGÇa y est, il fait jour. On peut enfin admirer le paysage de rêve qui s'offre sous nos yeux encore un peu gonflés. La mer est bien là, avec ses rochers et ses crabes. La végétation déborde des collines. Les palmiers font trempette sur la rive. Je m'aperçois alors qu'une fine langue de terre nous rattache à la colline d'en face. Une toute fine langue de terre, large d'à peine dix mètres. De chaque côté, deux anses, deux bouts de mer. C'est là que nous ferons notre premier plouf, du côté du village de Bang Bao.

Toujours pas de palmier penché, pas vraiment de sable blanc, de gros cailloux qui écorchent les pieds, des déchets en tout genre disséminés par-ci par-là... mais une eau à 30°, certes pas transparente mais calme et s'ouvrant sur une baie magnifique. Face à nous, les maisons sur pilotis du paisible village de pêcheurs.

Voilà donc notre deuxième activité de la journée : rejoindre le village en kayak pour y prendre le déjeuner.

A 16h, après avoir tournicoté un petit moment pour trouver un ponton où débarquer et accrocher nos humbles montures, nous sommes à table au Baracuda, terrasse en bois posée sur l'eau. Cette fois-ci, c'est la vue sur la petite langue de terre et notre camping qui agrémente le repas, qui fut, ai-je besoin de le préciser, savoureux comme d'habitude. Pour favoriser la digestion, petit tour des boutiques, achat de la panoplie du parfait buveur de Chang, de bananes pour le petit-déjeuner des singes et d'une bouteille de rhum pour Beau.

Le soleil est déjà reparti se cacher derrière le voile brumeux du soir lorsque nous reprenons nos kayak et traversons la baie pour rejoindre la maison. Mais à peine avons-nous posé un pied sur la rive que des puces de sable, ou je-ne-sais-quoi, en embuscade sur la plage nous attaquent voracement. C'est un bombardement, un raid aérien qui nous expédie direct nous planquer sous la tente et nous badigeonner de potion locale miraculeuse.

La douche finira d'apaiser le feu de nos peaux rougies par les piqures mais aussi les caresses appuyées du soleil.

Il est déjà temps de se remettre à table sur la terrasse du restaurant.

La mer s'est de nouveau tapie dans le noir et nous murmure de jolies choses pour demain.

"Mais pas trop, dit-elle, il faut garder quelques surprises..."

IMG_9094.JPGIMG_9123.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



 

 

La voisine, le 24/02/2016.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/05/2016
1 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres