la-page-de-la-voisine

la-page-de-la-voisine

Sur mon canapé

Soleil pâle et jour de brume,

Mes pensées s’embrouillent, je m’enrhume.

A l’intérieur, tous les voyants s’allument.

 

Jour de brume et soleil pâle,

Où s’en va donc la fumée que j’exhale ?

Les ombres aussi sont parties en cavale.

 

Nuit d’argent et clair de lune,

Des mains qui s’évaporent au-dessus des dunes.

Qui viendra se coucher contre mes boucles brunes ?

 

Clair de lune et nuit d’argent

N’en finissent plus de voir filer le temps.

Mon corps se fond dans le parfum du vent.

 

Des souvenirs qu’on exhume

Aux fenêtres qu’on voile.

A quelle heure faut-il éteindre les étoiles ?

Lignes de fortune,

Chaines que l’on serre.

Demain j’y verrai peut-être un peu plus clair.

 

 

La voisine, le 12/05/2014.



01/08/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 20 autres membres